Des mots impossibles à traduire

Des mots impossibles à traduire

Des mots impossibles à traduire

‘Lost in translation’ est bien plus que le simple titre d’un film. Cette expression anglaise signifie en fait qu’il n’est pas toujours facile, pour ne pas dire souvent impossible, de reproduire exactement le sens d’un mot ou d’une expression dans une autre langue.

On dit souvent qu’un traducteur professionnel peut tout traduire, mais il est également vrai qu’il existe des « lacunes lexicales », c’est-à-dire des mots ou des expressions d’une langue dont le sens est très difficile à reproduire dans une autre langue, les obligeant à faire toute une périphrase pour les expliquer.

En voici un échantillon: une vingtaine de mots presque impossibles à traduire en anglais ou en espagnol pris dans une liste d’illustrations élaborée par la dessinatrice graphique AnjanaIyer appelée ‘Found in Translation’.

Grâce à ses images nous vous présentons aujourd’hui une petite liste de mots intraduisibles avec un seul mot dans une autre langue. La plupart fait référence à des sentiments et donc le sens profond en est particulièrement complexe.

  • Lítost (tchèque)= sorte d’agonie que l’on ressent lorsqu’on prend conscience de sa propre misère. Ce mot apparait dans la version originale de l’œuvre de Milan Kundera “L’insupportable légèreté de l’être”, et les traducteurs ont choisi de laisser le mot tel quel dans de nombreux cas.
  • Torschlusspanik (allemand)= c’est la peur des portes fermées. Ce qui veut dire au sens figuré la peur d’avoir de moins en moins d’opportunités au fur et à mesure que l’on vieillit.
  • Freizeitstress (allemand) = Cela fait référence au stress qui provient du temps libre que l’on a et de toutes les activités que l’on cherche pour l’occuper.
  • Schadenfreude (allemand) = Sentiment de joie malsaine que l’on ressent face à la souffrance d’autrui. Ce n’est pas du sadisme, ni de l’envie, mais quelque chose entre les deux.
  • Waldeinsamkeit (allemand) = Sensation d’être tout seul perdu dans les bois.
  • Fernweh (allemand) = Avoir la nostalgie d’un endroit inconnu.
  • Karoshi (japonais) = Mort due au stress du travail.
  • Tartle (écossais)= Moment d’hésitation lorsqu’on présente quelqu’un dont on ne se souvient plus le nom.
  • Grasse matinée (français) = Passer toute la matinée à trainer au lit.
  • Boh (italien)= Une façon très brève de dire “je n’en ai aucune idée ».
  • Cafuné (portugais) = le fait de peigner quelqu’un très doucement avec les doigts.
  • Morrinha (galicien) = Sentiment de nostalgie, mêlé à de la mélancolie.
  • Culaccino (italien) = La marque laissée par un verre mouillé sur une table ou autre.
  • Jayus (indonésien) = Situation dans laquelle on se sent obligé de rire après avoir écouté une blague mal racontée ou pas très drôle.
  • Horeshaku (hébreu) = désigne une mère ou un père dont un enfant est décédé.
  • Ktsuarpok (inuit)= avoir le pressentiment que quelqu’un va venir et sortir pour vérifier. L’inuit es la langue des Esquimaux qui vivent sur les territoires de l’Alaska, au Groenland et dans le nord du Canada.
  • Mamihlapinatapai (yamanas) = Regard que se lancent deux personnes qui attendent que l’autre fasse le premier pas pour commencer à faire une chose que tous les deux désirent. Ce mot est utilisé par les indigènes de la Terre de Feu est fait partie du livre des records Guinness comme étant un des mots les plus concis du monde.

Maintenant que vous avez vu qu’il y a des langues qui ont des mots spécifiques pour décrire des situations précises, vous avez peut-être envie d’en inventer un dans votre propre langue ! Lequel serait le plus utile d’après vous?

  • Facebook
  • Twitter
  • Google Plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *